L’HARMONIE EST CREE ENTRE LES MEMBRES DES RESEAUX GUERISEURS ET CHASSEURS DANS LA ZONE DU PROJET

Les réunions de coopération et de concertation sont  initiées et organisées par les réseaux de femmes pratiquant la médecine traditionnelle et le réseau des chasseurs et guérisseurs traditionnel  dans les communautés de Bossou et de N’Zoo, dans la Préfecture de Lola sur le projet de Renforcement  des capacités des organisations locales de la société civile. Les groupements de femmes et de jeunes, des chasseurs et guérisseurs traditionnelle  afin de conserver et de gérer la biodiversité au tour des Monts Nimba. Ces réunions ont eu lieu le Vendredi et le Samedi 22 et 23 /09/2017 chez les présidents de ces réseaux dans ses communautés  respectives.

Ces réunions ont regroupée les responsables et certains membres des réseaux, les agents de mise en œuvre du projet et conservateur de la nature. L’objectif de ces rencontres était d’établir les liens de solidarité et de coopération entre les membres de ces réseaux qui seront des acteurs clés de sensibilisation pour la conservation de la biodiversité des Monts Nimba.

Au cours de ces rencontres plusieurs points ont été débattus. Parmi eux, nous avons entre autres : les activités de sensibilisation de la population sur la conservation, renforcement de lien de coopération entre les membres et les perspectives des AGR (activité génératrice de revenu), de la diffusion des textes de lois relatifs à la gestion durable des ressources à mettre en place pour la pérennisation des acquis du projet.  Après ces échanges riches de leçons, quelques membres exprimés leurs intensions des faits.

 

1. Déclaration: Madame Fatou SAGNO, vice-présidente du réseau des femmes de la médecine traditionnelle de Bossou. Dans ces interventions, elle déclare satisfaite de ce projet. Pour elle, elle a évoluée avec son père qui était un guérisseur de grande renommée « Je vous avoue ma fierté de voir un tel projet évolué dans notre communauté; car nous (guérisseurs traditionnels) pourons mettre nos efforts ensemble enfin de sauver des vies. Hier, nous étions dispersé c’est comme ça, nos expériences étaient dispersées, mais grâce à CEPF aujourd’hui nous pouvons élargie nos compétences dans la préfecture. Nous avons un domaine pour permettre de mettre en place la culture des plantes médicinales enfin d’épargner la biosphère des Mont Nimba. Donc nous sollicitons auprès du projet un appui afin d’atteindre nos objectifs. Merci au projet CEPF pour son appui et à l’ONG IBGRN pour son accompagnement. » 

2. Déclaration de Vassyna DORE Vice président du réseau des chasseurs et guérisseurs traditionnel de N’Zoo « Je m’appelle Vassyna DORE  guérisseur traditionnel. Je remercie l’ONG IBGRN et le projet CEPF pour leur initiative qui est une première dans notre communauté; mettre un réseau entre chasseurs et guérisseurs, en réalité cela est une bonne complémentarité d’évoluer ensemble car les plantes médicinale avec quoi nous guérisseurs utilisons, les chasseurs connaissent l’endroit ou on trouve et souvent nous avons besoins de beaucoup de choses dont qu’ils ont la facilité de trouver. Ainsi se mettre en réseau est une réelle fierté pour nous. Nous allons faire de la sorte que les autres communautés nous copié. »

  3. Déclaration du Yokpo TRAORE président du réseau des chasseurs et guérisseurs de N’Zoo: « Nous sommes dans la joie et remercions le projet CEPF et l’ONG de leurs appuie dans notre communauté. Hier nous étions à rang dispersé mais grâce à ce projet nous sommes devenu plus qu’un et nous mettons nos compétences et nos efforts ensembles afin de protéger et conserver la biodiversité des Mont Nimba. Nous prions le projet de continuer son appuie en finançant nos activités (élevage des caprins, des porcins etc..) pour nous permettre de conserver la biodiversité» Ces rencontres mettent en confiance l’ONG IBGRN  et le projet CEPF que les efforts sont entrains d’être concrétise sur le terrain à travers la bonne collaboration et la complémentarité des membres du réseau.

4. Leçon à tirer : Les techniciens de l’IBGRN se sont rendu compte que des initiatives d’échanges d’expériences entre la présidente des guérisseurs de Bossous sur ces acquis avec son papa défunt dans la Préfecture de Yomou étaient à démultiplier. Selon elle, son papa fut un guérisseur de grande renommée dans la Préfecture de Yomou et il récoltait les espèces médicinales en forêt profonde pour son verger pour un jardin médicinal derrière sa case. Cela donc fini par lui permettait d’avoir les plantes dans sa proximité, une approche durable des zones des forêts classées.

Merci au CEPF pour avoir permis la réalisation d’un projet qui met l’harmonie entre  les membres des communautés locales de la zone d’intervention.

Par Justin Bilivogui

 

 

Responsable de projet